.


.

Discours des voeux 2020


Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, chers amis, je suis très heureux de vous accueillir à l'occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux qui revêt cette année une portée toute particulière.

En tout premier lieu, je souhaite la bienvenue aux nouveaux habitants, récemment installés sur Andilly.

                                                                      

2020 est une année électorale.

Les 15 et 22 mars prochains, vous serez appelés à vous prononcer afin d'élire votre équipe municipale pour une durée de six ans. 


La campagne qui est déclarée ouverte depuis le 1er septembre dernier, est régie par des règles strictes fixées par le code électoral.

Le maire en exercice est contraint de respecter une communication à la fois précise et restreinte durant cette période, tout bilan de mandat et autopromotion sont à proscrire.

Ce qui signifie mes chers amis, qu'au risque de vous décevoir, je ne peux m'exprimer autant que je le souhaiterais.

Je vous vois arborer un léger sourire ; vous avez raison le discours sera plus court cette année mais comme le disait Paul Eluard : « Il faut dire peu de mots pour dire l'essentiel »

Je vais m'y employer !

Ce soir, il m'est interdit de vous présenter les futurs projets pour Andilly et croyez bien que j'en suis le premier désolé !

Néanmoins, je me plierai de bonne grâce à ce règlement afin d'éviter toute cause d'inéligibilité, si besoin était. 

 

Vous le savez, l'actualité se nourrit de bonnes comme de moins bonnes nouvelles.

Sans épiloguer, nous vivons une nouvelle fracture sociale. Depuis le 5 décembre le pays est pratiquement à l'arrêt.  Les syndicats imposent leur diktat et bloquent les moyens de transport et par là même l'économie !

La raison ? La réforme des retraites que je n'évoquerai pas ce soir bien qu'il y ait tant à dire sur le sujet…

Je formulerai cependant un vœu, sous la forme d'un appel à l'apaisement, à la cohésion sociale et à la solidarité pour tous, sans esprit partisan.


Je vous le précisais, je me dois de respecter une obligation de neutralité en termes de communication.

Ceci étant dit, il m'est permis tout de même de vous relater les actions menées au cours de l'année 2019 par votre équipe municipale et ce, dans l'intérêt de notre cher village.

Je ferai référence aux travaux importants entrepris sur la commune.

 

Valoriser et maîtriser les actions en faveur de notre patrimoine nécessitent un long travail de préparation de vos élus et des services, en lien étroit avec nos partenaires. Il aura fallu près de six années pour penser et finaliser ces aménagements.

 

Alors 2019 a-t-elle été une bonne année ?

Eh bien OUI, je peux, nous pouvons l'affirmer car à Andilly « il y fait toujours bon vivre ».


En janvier nous avons ouvert dans l'enceinte de l'école maternelle un nouvel accueil de loisirs, fonctionnel et beaucoup plus adapté, d'une capacité de 70 enfants.

Le centre Rostand, magnifique demeure s'il en est, a fait l'objet d'un ravalement et du remplacement des huisseries pour un budget global de 260 000 €.

Les allées du cimetière ont été reprises pour 36 000 € dont la majeure partie des 12 000 € TTC du budget participatif mis en œuvre l'été dernier.

 

Ce nouveau budget alloué est une étape supplémentaire de l'expression d'une démocratie toujours plus participative. L'intégralité des projets a été retenue, comme la mise en place d'une boîte à livres dans le parc de la mairie.

Grâce à cette nouvelle action, chacun d'entre vous a l'opportunité d'être ainsi au cœur de la vie publique.

 

Rappelons que l'application « Andilly », à télécharger gratuitement sur vos téléphones, vous permet d'échanger avec les élus et les services via des signalements possibles en matière de voirie, d'éclairage ou encore de malpropreté et d'émettre des suggestions.


Le secteur des Huit Arpents a, quant à lui, fait l'objet d'une installation d'éclairage public dit à LED et ce, dans la continuité de notre volonté de réduire la consommation énergétique, et s'inscrit d'ores et déjà dans le cadre du développement durable et du numérique.

Vous avez pu profiter du parc de la mairie, de ses nouveaux jeux pour enfants et du potager communal nouvellement créé.    

Ensemble, nous avons partagé sur la place Louis-Jean Finot de très bons moments lors de la fête du village en juin dernier qui a rassemblé, dans une ambiance toujours chaleureuse, plus de 450 personnes.  

Dans ce même lieu, les festivités de Noël nous ont permis de nous retrouver autour d'un magnifique sapin de 12 mètres de haut pour le lancement des illuminations.

Le « bazar de Noël » organisé par notre formidable équipe d'animation, à laquelle j'associe l'ensemble des services municipaux, a ravi les enfants, les parents et les grands-parents.

Vous avez pu apprécier, je l'espère, la mise en valeur florale de notre architecture paysagère entretenue avec passion par notre équipe des espaces verts. 

 

L'ensemble de nos agents effectue un travail remarquable tout au long de l'année, je tiens à les remercier et plus particulièrement ce soir, en cette fin de mandat ! Je vous demande de bien vouloir les applaudir chaleureusement.


Mme Emilie Coletti, directrice générale des services, se fera un plaisir de leur transmettre vos applaudissements !


Alors oui, à Andilly les promesses sont tenues et les engagements sont reconnus !


En effet, nous avons reçu le prix départemental des espaces publics pour le réaménagement du cœur de village. 

Cette année, nous sommes retenus pour concourir aux rubans du patrimoine !

Autre excellente nouvelle, le financement des investissements n'a entraîné aucune augmentation des taux communaux.

Oui, les aménagements ont été gérés de façon à ne pas impacter votre pouvoir d'achat et ce, sans accroître la dette de façon significative.

Une des priorités de l'équipe municipale a toujours été de privilégier la démocratie locale, notamment en permettant aux plus jeunes de prendre la parole.

Le conseil municipal des enfants offre la possibilité, dès le CM1, de participer à la vie citoyenne.

Elus et installés récemment en novembre dernier, les membres du nouveau conseil municipal des enfants sont présents, ce soir, à nos côtés.

Il est temps pour moi de céder la parole à deux anciens élus du conseil, j'ai nommé Nina et Clément, qui vont vous relater les réalisations de leur mandature 2018/2019. […]

 

En mars dernier, mes pairs m'ont élu président de l'Union des maires du Val-d'Oise, association fédératrice qui, en dehors de tout clivage politique, se met au service de tous les élus. 

J'ai ainsi l'honneur de représenter, devant les différentes instances politiques, administratives et judiciaires, les 184 communes que recense notre département.

 

Une belle reconnaissance car depuis la création de cette institution, c'est la première fois qu'un maire, sans autre mandat électif et de surcroît d'une petite commune, est élu président. Je remercie mes collègues maires et parlementaires qui m'ont soutenu et plébiscité.

Cette présidence bénévole, je tiens à le souligner, me permet d'être en prise directe avec les représentants de nos différentes institutions.

Actuellement je collabore, avec la Direction départementale des finances publiques, au redéploiement de cette administration et ce, conformément à la demande du ministre de l'Action et des Comptes publics, M. Gérald Darmanin. Je me suis exprimé sur cette réorganisation par voie de presse et mes propos ont même été repris dans le Canard enchaîné.

D'autres sujets font l'objet d'études et de réflexions, comme la mise en œuvre des maisons France Services sur le territoire national pour plus de simplification et de proximité du service public, telle que souhaitée par le Premier ministre.

Examiner le problème des dépôts sauvages que nous rencontrons aussi sur Andilly, sans oublier le projet abandonné d'Europa city ou encore l'aménagement du terminal 4 de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle auquel je m'oppose, autant de dossiers sensibles qu'il nous faut anticiper et gérer au mieux pour nos populations.

Comment ne pas évoquer la situation à laquelle Andilly est confronté et contraint ! Je fais référence à l'établissement du Résid'hôtel sur le secteur de la Berchère.


En coopération avec le préfet délégué pour l'égalité des chances, M. Sébastien Jallet, nous avons pu réduire l'impact, sur nos établissements scolaires, du nombre d'enfants de demandeurs d'asile logés par le SAMU social parisien dans un établissement commercial devenu un centre d'hébergement d'urgence à part entière et je m'exprime sous le contrôle des représentants de l'Etat.

Comme je l'ai mentionné dans ma lettre ouverte du mois de mai adressée à chacun de vous, OUI, je suis et nous sommes solidaires, mais pas indéfiniment.

12% d'accroissement de population en un an, sans concertation aucune avec la municipalité, en nous créant des obligations supplémentaires, je dis et nous avons dit NON !

Sachez que ce dossier je le mène, nous le menons au quotidien avec humanité et détermination pour préserver et sauvegarder notre cadre de vie comme notre bien vivre ensemble.

Enfin, je n'évoquerai pas, pour ne pas gâcher notre belle soirée, la politique fiscale de l'Etat envers les communes et particulièrement la taxe d'habitation qui est une vraie bombe à retardement pour nos finances locales.

Une commune ne peut demeurer esseulée. Une commune fait elle-même partie d'une intercommunalité, d'un département, d'une région, des acteurs incontournables pour avancer dans l'intérêt de nos habitantes et de nos habitants.

Je rappellerai que les contrats cosignés, en cours de règlement, relatifs au réaménagement de la place et du parc, comme à la construction de l'accueil de loisirs ont été financés, voire cofinancés, grâce à nos partenaires que je souhaite à nouveau citer : la Région Ile-de-France et le Conseil départemental qui nous ont octroyé respectivement 1 040 000 € et 412 000 € pour le contrat d'aménagement régional.

Concernant les grosses opérations en cours, le chantier Nexity a démarré.

La phase de terrassement devrait se terminer aux alentours du 15 février pour laisser place à la construction.

La livraison, quant à elle, est prévue pour le 3ème trimestre 2021.

Alors j'aurais très bien pu décaler cette opération après les élections afin d'éviter quelques tracas en cette période, mais je ne suis pas homme à ne pas assumer mes engagements.

Au droit de la résidence « Villa Louise » qui abritera 42 logements dont 21 en location et 21 en accession, une coulée verte inscrite dans le contrat régional sera aménagée pour, de la sente des Belles Molles, oui je sais ce nom fait toujours sourire, rejoindre la sente de la Rousse…tout un programme.

Cette percée environnementale permettra de préserver, au sein d'une partie boisée, un espace de respiration dédié à la promenade.

De même sur le plateau, l'Agence des espaces verts contribue, à nos côtés, à la restructuration des parcelles trop longtemps oubliées et abandonnées via la mise en œuvre d'un schéma directeur afin que ce secteur retrouve sa vocation première, à savoir naturelle et cela est en bonne voie !

Les travaux programmés de la chapelle Saint-Charles vont débuter comme prévu et les jeux dans l'enceinte du parc des Huit Arpents être installés prochainement.

Nombre de projets sont en cours mais en cette période électorale je ne peux me permettre de vous les dévoiler.

Enfin, vous l'aurez tous compris, il semblerait que la campagne municipale soit lancée !

 

Dans l'immédiat, profitons pleinement de l'instant présent.

Il me revient le moment de remercier devant chacun de vous l'équipe municipale dans son ensemble pour sa participation active durant la mandature en rappelant que la quasi-totalité des décisions et des délibérations, pour ne pas dire la totalité, a été votée à l'unanimité.


Merci mes chers collègues pour votre implication, votre confiance et votre investissement sans faille.

Je rappellerai que notre communauté d'agglomération Plaine Vallée accueille des entreprises à la pointe de la technologie, dans le numérique mais aussi, comme au sein du parc d'activités d'Andilly, dans l'industrie, à savoir l'aéronautique, sans oublier le BTP.

A ce propos, j'adresse un grand merci à mes collègues maires du développement économique et de l'emploi qui m'ont accompagné pour mettre en œuvre la politique économique de nos territoires, Mmes Michèle Berthy et Véronique Ribout ainsi que M. Claude Robert, tout comme à Dynactive, le club d'entrepreneurs, sans oublier notre équipe de permanents présents ce soir.

 

Enfin pour Andilly et en cette période électorale, je citerai Jacques Chirac qui nous a quittés : « Le droit de vote, ce n'est pas l'expression d'une humeur, c'est une décision à l'égard de son pays, à l'égard de ses enfants. »

 

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, j'ai à cœur de vous formuler, ainsi qu'à toutes celles et à tous ceux que vous aimez, mes vœux de santé, de bonheur, de joie et de paix.

 

Que 2020 soit une année lumineuse, pétillante et victorieuse !

 

Bonne année et excellente fin de soirée !


_________________


Chères Andilloises, chers Andillois,


La rentrée scolaire est toujours emplie d'une certaine émotion… ! En cette première journée les enfants, comme les parents, arboraient un visage réjoui devant les portes des écoles. Pourtant, la pré-rentrée a été délicate et difficile pour votre maire comme pour nos services. En effet, depuis un an, je consulte régulièrement ceux de l'Etat et de l'Education nationale sur l'épineux dossier de la résidence hôtelière située à la Berchère qui gère, non plus une résidence appartement, mais bien un centre d'hébergement d'urgence organisé par le Samu social.

 

Je me répète, mais il est important d'évoquer une nouvelle fois le fait que cette mesure qui a été mise en place sans concertation aucune avec la municipalité, sans préoccupation aucune de nos possibilités d'accueil et de mise en œuvre de moyens, nous pose de réels problèmes, notamment quant à l'accueil des enfants en âge d'être scolarisés et ce, d'autant plus, en raison de l'obligation d'une instruction dès l'âge de 3 ans, effective dès cette rentrée, selon la loi Blanquer, du nom du ministre.

 

Il m'aura fallu user de fermeté et de diplomatie envers les services de l'Etat et de l'Education nationale pour contenir cet afflux de population au sein de nos établissements scolaires. Résultat, quelques familles ont été redirigées vers d'autres centres de la région parisienne. Ce problème récurrent ne pourra se résoudre que lorsque l'Etat aura pris conscience de l'absolue nécessité de tenir compte des capacités d'accueil des communes.

 

Avec mes services, nous menons un véritable combat pour dénoncer les excès incontrôlés des associations chargées de « placer » ces familles. Il doit être mentionné, pour information, que le coût du logement oscille entre 1 500 € et 2 000 € mensuels pour le loyer d'un appartement de type F2 ou F3 à la charge bien sûr de l'Etat et donc du contribuable… !

 

Quel salarié peut se prévaloir de payer un loyer à ce prix ?

 

Pour autant, à force de dialogue, la rentrée des jeunes Andilloises et des jeunes Andillois s'est déroulée dans d'excellentes conditions. Nous ne pouvons que nous en féliciter et remercier les équipes enseignantes quant à leur soutien.


Je reviendrai sur le décès survenu début août de mon collègue de Signes, dans le Var. Cet homme est mort pour avoir voulu faire respecter les règles élémentaires du bien vivre ensemble, en s'opposant à un dépôt sauvage de gravats !

 

Les élus, dépositaires de l'autorité publique, subissent régulièrement de la part de personnes mal intentionnées, agressions et insultes en tout genre. Parfois, cela se passe également à Andilly, ce qui m'amène à penser que nous assistons à une désinhibition collective et à constater que la société française est en crise. Les gilets jaunes en sont le parfait exemple.

 

Je suis d'un naturel optimiste et j'aime à rappeler que la France est belle et nous avons le devoir de le faire savoir.


Il fait bon vivre à Andilly et ce, grâce à chacun de vous qui partagez les valeurs qui nous animent.

 

Votre dévoué.

Daniel FARGEOT

Maire d'Andilly

Président de l'Union des maires du Val-d'Oise

_________________

 

Andilly, le 7 août 2019


Chères Andilloises, Chers Andillois,


Suite au drame survenu dans le Var ce lundi 5 août qui a entraîné le décès du Maire de Signes, Jean-Mathieu MICHEL, la ville d'Andilly, en hommage à ce dernier, a décidé la mise en berne de ses drapeaux.


Votre Maire

Daniel FARGEOT

 

 

Lettre ouverte


Andilly, le 9 mai 2019


Chères Andilloises, Chers Andillois,

 

Lors de la cérémonie des vœux du conseil municipal en janvier dernier, je vous faisais part de mon inquiétude quant à l'accueil de personnes hébergées “d'urgence” au sein de la résidence hôtelière de la Berchère.

 

Inquiétude légitime s'il en était, puisque les services de l'Etat, le Samusocial de Paris qui gère le 115 de Paris, de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis ainsi que l'association Espace Social Pour l'Education la Réinsertion Et la Réflexion “ESPERER 95” (le 115 du Val-d'Oise) ont tout simplement omis d'informer votre maire et la municipalité, nous mettant ainsi devant le fait accompli, de décisions prises de façon unilatérale.

 

En effet, 117 logements sur une capacité de 133 ont été réservés par leurs soins dans cet établissement dont l'objet premier était de recevoir une clientèle d'affaires dans le cadre d'une gestion hôtelière !


Si j'emploie l'imparfait, c'est qu'aujourd'hui cet équipement hôtelier est détourné de sa destination pour devenir un centre d'hébergement d'urgence !


Andilly compte 2 600 habitants et représente 0,2% de la population totale du Val-d'Oise qui atteint un peu plus de 1 200 000 habitants. L'accueil de plus de 300 personnes, soit près de 6% d'hébergés “d'urgence” sur le département, selon les données officielles, représente une augmentation de 12% de la population andilloise et induit des conséquences immédiates pour notre commune.


Être solidaire, je l'entends, mais en proportion des capacités et des possibilités de chacun.

 

Outre les problématiques liées à la saturation de nos structures municipales, principalement les écoles et les restaurants scolaires qui n'ont pas vocation ni possibilité de s'adapter à cet afflux toujours plus conséquent de population supposée être de passage, l'équilibre de notre village s'en trouve fragilisé.

 

Cette fâcheuse conjoncture m'impose de solliciter à nouveau les services de l'Etat afin qu'une solution viable pour tous soit trouvée. Par ailleurs, le refus de comptabiliser ces logements dans le quota de logements sociaux ne fait qu'accentuer notre incompréhension, sans compter le coût financier qui s'élève à près de 40 000 € pour les frais de scolarité à la charge de la commune et ce, sans aucune contrepartie de l'Etat !

 

Pour mémoire, après avoir alerté Monsieur le Préfet par courriers successifs des 29 juin, 11 juillet et 31 juillet 2018, j'ai dénoncé à nouveau le 14 février 2019 la situation à laquelle Andilly était confrontée.

 

Le 28 février, Monsieur le Préfet délégué pour l'égalité des chances accompagné de son directeur ont été reçus en mairie. J'ai pu leur exposer les difficultés d'accueil et les conséquences qui en découlaient pour une commune de 2 600 habitants.

Ce constat ayant été posé, il a été décidé qu'une réunion de travail en présence de toutes les parties prenantes serait organisée au plus vite. Il fut enfin convenu d'un rendez-vous en préfecture le 3 avril avec les différents acteurs.

 

J'ai rappelé qu'Andilly faisait l'effort depuis plusieurs années d'accueillir dans ses écoles environ 25 enfants du Résid'hôtel. Cependant, depuis plus de deux ans, le nombre de logements mis à la disposition du Samusocial de Paris et de l'association ESPERER 95, deux entités financées à 100% par l'Etat, ne cesse d'augmenter et tend à faire de cet établissement un centre d'hébergement d'urgence à part entière.

 

Face aux demandes toujours plus nombreuses d'inscriptions scolaires en provenance de la résidence hôtelière, la ville d'Andilly a vu ses effectifs exploser et doit faire face aujourd'hui à des classes surchargées, ce qui a conduit, en septembre 2017, à l'ouverture d'une 7ème classe au sein de notre école élémentaire.


Les chiffres sont alarmants et ce n'est pas fini !

 

Ont été comptabilisés lors de la dernière rentrée scolaire plus de 60 enfants hébergés “d'urgence” sur un total de 284 écoliers, écoles maternelle et élémentaire confondues, soit sur un total de 11 classes plus de deux effectifs complets.

 

L'Education nationale serait sensibilisée par l'intermédiaire de son directeur départemental et tenterait de mettre en œuvre des solutions… transitoires. J'emploie le conditionnel volontairement, sachant que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

 

Cet état de fait met en péril le bon fonctionnement des établissements scolaires et municipaux et tend à porter atteinte à l'ordre public puisque aucune démarche particulière n'est entreprise pour que soit encadrées et accompagnées ces populations.

 

Par cette lettre ouverte, j'en appelle aux Andilloises et aux Andillois, aux parents et aux représentants de parents d'élèves afin que soient prises en compte par Monsieur le Préfet du Val-d'Oise, par le groupement d'intérêt public financé par l'Etat et qui agit pour le compte de celui-ci, le Samusocial de Paris et l'association ESPERER 95, les problématiques rencontrées par notre commune et que des solutions dignes de ce nom soient mises en œuvre dès maintenant afin que la prochaine rentrée scolaire se déroule de la meilleure des façons pour les jeunes écoliers andillois !

 

Il me semble également utile de rappeler que cette résidence, très excentrée du centre-bourg, est totalement dépourvue de desserte de transport direct obligeant ainsi les familles, sans moyens financiers, à se rendre à pied pour rejoindre l'école élémentaire en longeant, bien souvent, une voie départementale très fréquentée. Et ce, sans compter la distance supplémentaire pour atteindre l'école maternelle située en bas de la commune !


Face à cette réalité, je tenais à vous faire part de mon profond désarroi. Je ne peux tolérer qu'une telle situation perdure. Ces familles parachutées sans préoccuation de leur environnement et de la condition de leur hébergement.

 

L'Assemblée nationale a voté récemment l'instruction obligatoire dès l'âge de 3 ans rendant l'école maternelle, elle aussi, obligatoire à compter de la rentrée de septembre 2019.


Notre école Charles Perrault ne dispose que de 4 classes et d'un dortoir de 30 petits lits. Nous ne pourrons pas absorber un accroissement de demandes en provenance de Résid'Hôtel. La commune n'est pas en capacité de financer quelle qu'extension que ce soit afin d'acceuillir des familles dites hébergées "d'urgence".

 

Je me heurte aujourd'hui à l'immobilisme des différents réservataires et de l'établissement en question qui refusent tous, sans exception, de prendre conscience de la gravité de la situation tant sur le plan sanitaire que sécuritaire.

 

Les services de l'Etat, lucides aujourd'hui quant à cette situation, recherchent des solutions pour un meilleur accompagnement social des familles accueillies et souhaitent en réduire le nombre. Des dispositifs d'accueil adaptés pour les enfants scolarisés ou à scolariser doivent être mis en œuvre.

 

J'ai préconisé qu'un nombre maximum d'hébergements d'urgence pris en location par le réservataire du Samusocial francilien et l'association ESPERER 95 au sein de la résidence hôtelière, soit fixé.

 

Enfin, je tiens à préciser que d'autres petites communes Val-d'Oisiennes se retrouvent également “piégées” par les différents protagonistes qui semblent ignorer le principe fondamental dit de concertation et ce, au détriment du bien-vivre ensemble !

 

Ce courrier, à destination des habitantes et des habitants d'Andilly, sera diffusé aux parties concernées ainsi qu'à la presse locale afin de dénoncer haut et fort cet état de fait.

 

Chères Andilloises, chers Andillois, je me devais de vous informer de cette situation des plus préoccupantes qui nous impose d'œuvrer de concert afin que ce surcroît de population soit maîtrisé au sein de notre commune.


De fait, il est primordial que le nombre d'enfants pouvant être accueillis avec leurs parents soit régulé au sein de cette structure afin d'éviter notamment une surpopulation dans nos écoles

 

Je sais pouvoir compter sur votre compréhension et votre mobilisation à nos côtés.

Je vous en remercie par avance.

 

Votre maire

Daniel FARGEOT

 

 

________________

Notre-Dame de Paris
Tristesse et désolation...

Notre-Dame, ô combien chère à nos cœurs, un des plus hauts symboles de notre culture religieuse, de la France, de notre civilisation !
À quelques jours de la célébration de Pâques, en cette semaine Sainte, ces flammes n'ont pas seulement détruit notre patrimoine, c'est la chrétienté toute entière qui est touchée en plein cœur.
Neuf siècles après sa construction, il n'a fallu que quelques heures, pour qu'un brasier  ravage le point zéro de la France.

Suite à ce dramatique incendie, j'invite chacun d'entre vous à s'inscrire dans l'élan de solidarité nationale.

Je proposerai de faire voter, lors du prochain conseil municipal, une participation financière en faveur de la Fondation du patrimoine en vue de la reconstruction rapide de Notre-Dame de Paris.

Je tiens à saluer et à remercier le corps des sapeurs-pompiers ainsi que l'ensemble des forces de sécurité qui ont permis de sauver l'édifice.

Cet incendie que nous avons tous pu suivre, impuissants, sur les chaines d'information ne concerne pas uniquement les catholiques mais bien l'ensemble de la Nation française, son histoire, son patrimoine  comme celui de l'Humanité. En témoigne l'afflux massif de dons en provenance de pays étrangers.

Dans ces temps troublés, nos convictions, notre solidarité et le respect que nous témoignons font la grandeur et la force de notre civilisation et forgent ce que nous sommes.

Je vous appelle par ailleurs à la plus grande vigilance si vous relayez de votre côté cet appel à solidarité et aux dons. Indiquez bien que les collectes en ligne ne permettent pas toutes de bénéficier de l'exonération fiscale de 66% sur le don et que les tentatives d'arnaque existent. Pour sécuriser la procédure, le plus simple est de passer par le biais de la Fondation du patrimoine.
https://don.fondation-patrimoine.org/SauvonsNotreDame/~mon-don?_cv=1

 

Votre dévoué

Daniel FARGEOT

________________

 

 

 

 

.


 

Chères Andilloises, chers Andillois,

 

Lundi 18 mars, les membres du conseil d'administration de l'Union des maires du Val-d'Oise m'ont élu à la présidence de cette noble assemblée lors de la réunion qui s'est tenue au Conseil départemental.

 

Je remercie chacun d'entre eux et plus particulièrement notre président sortant, M. Hugues Portelli, maire d'Ermont et ancien sénateur, pour lequel j'éprouve un profond respect.    

 

Si j'ai souhaité faire acte de candidature c'est pour qu'à mon tour je puisse me mettre au service des maires de grandes ou de petites communes, qu'elles soient rurales ou urbaines.

 

Le Val-d'Oise se compose majoritairement de communes de moins de 3 500 habitants dont celle que j'ai l'honneur de gérer depuis 2008. Il nous faut défendre l'identité communale à laquelle je suis particulièrement attaché, en proposant un nouveau regard tant sur la ruralité que sur l'intercommunalité, tout en maintenant le rôle essentiel dévolu au département.

 

Des enjeux forts, des objectifs précis, que l'Union des maires, véritable lieu d'échange, doit se fixer. 

 

J'aurai à cœur, avec mon équipe, de prendre en compte les difficultés que rencontrent les maires, du Vexin à l'est du département en passant par la vallée de Montmorency, afin que l'Union des maires puisse les accompagner au mieux dans leurs fonctions en leur apportant assistance dans le domaine de l'administration communale comme intercommunale.